AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Don't You Know Who I Think I Am? - Hadden Digoxine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Don't You Know Who I Think I Am? - Hadden Digoxine   Dim 1 Déc - 23:51


« Avant tout, parlons de l'écrivain »

Sur le web, on me connait sous le pseudo de Holly McAlice. Je suis âgé de 16 ans et aux dernières nouvelles je suis une fille (mais je dois encore vérifier ! je vais chez le docteur dans le mois !). J'ai connu Whitechapel grâce à Noah ! (GENTIL !). Mon avis sur le forum est je suis déçus … Nan c’est une joke ! Je le trouve chouette  . Lorsque je ne poste pas d'absence, je m'engage à être présent et actif un minimum de Une fois par jour, sauf si j’oublis (ça m’arrive oui ! ) . Pour finir, Minasan, kon'nichiwa .

Ҩ Hadden Digoxine Ҩ
« we are like young volcanoes»




« Le personnage »
Toutes mes salutations à vous, je me présente, Hadden Digoxine . Je suis né(e) à Londres le 27 avril, mais j’ai oublier la date … . Mon statut est actuellement célibataire et je suis fier/fière de dire que je suis hétérosexuel. Je gagne ma vie en étant Laborantin . Je fais partie des complices de Jack et mon avatar est celui de Patrick Stump.


« Ton caractère de cochon »
Dois je me décrire de la façon dont JE me vois ? Je ne pense pas, mon jugement sera faussé ! Alors je vous laisse aux notes du psychiatre que j’avais en prison !
« Hadden est un sociopathe de haut niveau, il est sadique, cruel et a du mal avec les filles, même si il est capable de tomber amoureux. Il est égoïste et égocentrique, et il a développer une forme de légère psychose. Mais lorsqu’on prend tu temps avec lui, et qu’on parle un peu, qu’on le laisse nous faire confiance, qu’on l’apprivoise, on se rend compte qu’il n’est pas si méchant que ça. On découvre un Hadden plutôt gentil, qui a parfois des réactions d’enfant, et c’est peut-être de là que vient ses réactions parfois animales. Il lui arrive de ne pas être si égoïste que cela. Et  il aime regarder la nature, peindre ou chanter. Il a donc, malgré sa psychose, réussi à développer une certaine sensibilité. Chose assez particulière, il envie les orphelin mais refuse toujours de me dire pourquoi. C’est également un trait de sa personnalité, il est cachotier et parfois menteur. Mais cela ne l’empêche d’être persuadé d’être un héros et de rétablir justice et vérité. Son cas n’est pas désespéré, il est juste un garçon perdu. »
Bien sûre moi je me vois pas comme ça ! Je veux dire, de un il emplois des mots savant pours faire dire qu’il s’y connais mais il ne m’a pas cerner (ou bien m’a-t-il trop cerné et cela me fait peur)


« Raconte-moi ton histoire ... »
Birth :
Enfance douce enfance. C’est là se que disent tous mes anciens amis ! « Ha si je pouvais retomber en enfance ». Disons que pour moi c’est plus difficile ! Depuis tout petit j’ai dû m’occuper de moi tout seul. Mon père nous a laissé, moi et ma folle de mère. Oui, ma mère à contracter une sorte de folie, un TOC de la propreté assez énervant et dur à vivre ! Enfin Bref … Mon premier souvenir remonte a quand j’avais cinq ans. Je devais nettoyer la maison avec maman, pendant que mes amis jouaient au foot. D’ailleurs je ne pouvais pas aller dehors, au cas échant je devais me déshabiller complètement en rentrant a la maison, après quoi maman me lavais a coup de brosse dur et de savon. Des moments assez éprouvant, je voulais les éviter donc je ne sortais que pour l’école !
A l’école d’ailleurs je me plaisais bien ! J’aimais bien la maitresse, et ça c’est non négligeable ! Ensuite, j’aimais bien le principe d’apprendre, donc que ce soit en maternelle ou en primaire, je me réjouissais les lundis et pleurait les vendredis à quatre heures.  Je n’ai jamais doublé, je ne voulais pas ! Je voulais être le meilleur ! Et j’étais le meilleur ! Je l’ai toujours été !
Life
Adolescent j’étais le petit intello de la classe. Vous savez ! Celui qui est toujours devant et qui s’offusque lorsqu’il a un 18/20 ! Je prônais l’excellence. Je voulais l’excellence ! Mes profs m’aimaient bien. J’étais le plus doué de ma classe, surtout en math et en sciences !  Malheureusement cet acharnement pour les cours m’empêchait d’avoir de bonnes relations. Je n’ai d’ailleurs jamais eu d’amis, ni de copines !
Je dois avoir l’air vachement ennuyeux non ? Parce que je peux raconter des anecdotes marrantes ! Une fois par exemple, je suis allé à mon cours de math SANS MA CALCULATRICE ! … Sinon j’ai fait partie d’un groupe de musique, c’est cool ça non ? Oui c’est cool ! On se faisait appeler « pi » comme le nombre ! Parce qu’on était quatre et qu’un des membres était en chaise roulante, donc nous n’étions pas quatre mais 3,14 ! C’est drôle ça non ? Enfin, on a joué au bal de fin d’année, on jouait du rock. J’étais le chanteur ! Ca, je crois, que c’était les meilleurs moments de mon adolescence !
Ma mères est décédé alors que j’avais 18 ans, j’ai donc pus quitter la ville et aller où je voulais ! J’ai fait un peu se que je voulais, et après un malencontreux séjour en prison (une histoire stupide, je n’ai même pas à vous la compter). J’ai eu une deuxième chance, offerte par un « ami ». Je suis sorti de prison grâce a lui, et j’ai peu me construire une nouvelle vie !
Je suis retourné dans ma ville d’origine, Londres, et je travail désormais pour un gros laboratoire pharmaceutique (les pilules bleu, C’EST MOI !). Je suis pas mal riche, donc je peux vivre comme j’en ai envie, je ne prive de rien, je suis heureux, enfin je pense que se que je vis c’est le bonheur. Ha non … Il me manque l’amour de ma vie …
Et si vous voulez vraiment TOUT savoir, j’aime bien les Jammie Dodgers, le thé noir, les œufs brouillés, je suis végétarien, je regarde souvent la télé. Voila !
blockquote>


« Test RP»
I'm Like A Lawyer With The Way I'm Always Trying To Get You Off.
Une fois de plus elle m’injuriait, pourquoi ? « Simplement » parce que j’avais mal mis la fourchette. Elle était maniaque, je le savais, elle le savait, mon père qui nous avait abandonné le savait. Tout le monde le savait.  Ainsi, elle nous avait fait perdre nos amis, notre famille, nos relations avec l’extérieur.  Comment ? Parce que sa folie allait plus loin qu’une simple fourchette mal mise ! Sa folie touchait le rideau qu’il fallait mettre a exactement 33 millimètres du mur, que l’écart entre les deux rideaux devait être de 45 millimètres, sa folie touchait le chien, qu’il fallait brosser toutes les deux heures. Sa folie touchait tout, tout le monde, tout le temps. Elle était plus que minutieuse, plus que maniaque. Elle était indéfinissable. Elle était chiante. Et malheureusement, c’était ma mère.
Elle et moi, nous disputions presque deux fois par jours, cela devenais presque un rituel.  Et tout cela commençais a me « courir sur le haricot » comme dit mon prof de chimie. J’avais songé à fuguer plus d’une fois. J’avais songé a me tuer, a disparaitre, ou encore a changer d’identité ! (En effet je trouve que George Pattison est un nom qui m’irait bien !)  Mais tout cela n’aurais servit a rien. Que je fugue ou que je change de nom ne la ferais jamais disparaitre a vie.  J’aurais toujours peur de la voir à chaque coin de rue.  Il me fallait un meilleur plan. Un plan qui me débarrasserait d’elle à jamais. Un plan parfait. Non. LE plan parfait. La tuée ? Oui. Mais comment ? Je suis hématophobe !  Donc tout se qui est couteau, hache, tronçonneuse, cuillère … on oublis ! L’étouffée ? Cela se verrait a l’autopsie … Il me fallait l’arme fatale, l’arme indétectable.
Ainsi donc LA solution me vint tout naturellement.
Il ne me fallut que quelques jours pour rassembler de quoi la tuée. Trouver la plante ne fut pas chose facile. Il me fallut parcourir quelques kilomètres pour enfin la trouver, la cueillir avec précaution. Apres quoi je n’eu plus qu’a l’écraser, la rendre poudre. Pour ensuite la placer avec grand soin dans le thé du soir de maman. Un thé qu’elle prenait tous les soirs, à 20h35 et 6 secondes. Je pense que là a été la plus dure partie ! Ma mère et sa folie de vouloir tout contrôler a bien failli faire tout capoter ! Mais je suis, j’ai toujours été d’ailleurs, plus malin qu’elle ! Il n’a fallut qu’un petit mensonge (je veux te faire plaisir ce soir maman !) et de beaux yeux d’enfant pour la convaincre de me laisser faire. Je la regardais boire son thé vert en souriant. Savourant chacun de ses gestes. Sa façon de prendre la tasse, de la porté a la bouche. Sa manière d’entre-ouvrir la bouche pour boire le contenu de la tasse. Je souriais.
Il ne fallut que quelques heures pour voir apparaitre les rougeurs sur son visage, puis de l’admirer halluciner, après, jouir de la voir s’asphyxier. Apres quoi survient la mort de l’individu. Et le poison dont je m’étais servi est si peu utiliser que jamais on ne songera a vérifié celui ci Ma belle Belladone. Ma douce Belladone. Je parti, la laissant là.

I've Got A Dark Alley And A Bad Idea That Says You Should Shut Your Mouth

En quelques mois je parcouru plus de quatre pays. Passant par la France, l’Allemagne, L’Italie et la Russie. Dans le même but a chaque fois. En savoir le plus sur la belle invention de l’homme : le poison. De la Datura stramoine a la Ricine, je les connaissais tous. Je savais comment m’en servir, comment ne pas être repéré. Je savais quand, ou et sur qui m’en servir. Je m’étais donc trouver un but … Avec mon savoir, j’allais nettoyer le monde de cette vermine. SDF, prostituées, drogués, fous … Tous allaient périr sous mon aiguille, ma tasse de thé ou encore sur le parfum. Tous allais mourir dans une mort lente et douloureuse, pour voir la souffrance qu’il on causer.  Je n’étais pas méchant, je ne suis pas méchant ! Je veux juste nettoyer le monde. Je veux juste rendre cette planète vivable. Pour que mes enfants plus tard vivent paisiblement.
On n’entendait jamais parler de moi, ou de meurtres ! Juste de morts suspectes !  J’étais discret, rapides et efficaces. L’homme de la situation. Je ne ratais jamais ma cible, et aucune ne survivais sous mon coup.  Je pouvais être fière de moi, je l’étais d’ailleurs !
Malheureusement a trop en vouloir, on fini par se bruler les ailes.
Je me croyais invincible, je l’étais !  Mais un jour, ou plutôt un soir, alors que je saluais une dernière fois l’une de mes victime (Mary, une prostitué de Paris) je n’entendis pas que derrière moi l’une de ses amies, prostituée elle aussi, m’avait repéré. Je ne senti que le coup de machette reçus dans la nuque. Pour une péripatéticienne (pour rester polie), elle frappait fort !
Je ne me réveillai que quelques heures plus tard, attaché à une chaise. Elle en face de moi, a ses pieds, son amie morte. Malgré ce malheureux incident, je souriais fière de moi. Elle me gifla, elle pleurait. La pauvre. J’aurais voulu la plaindre, si elle ne me dégoutait pas a ce point ! Mes yeux la fixaient, ils l’a tuaient du regard. Je veux dire, je l’imaginais dans un cercueil en bois d’ébène. Ou bien simplement enterrée au fond d’un bois. Elle parlait, mais je ne parle pas le français donc il m’est impossible de comprendre ses dires. Je suppose qu’elle m’insulte.
Soudain, dans cette obscurité des plus glauques, je vois une lumière au bout de la pièce. La porte s’ouvre (tient nous sommes le jour ! j’ai dormir plus longtemps que je ne croyais !). Non. Non. NON !  Je vois ces hommes vêtus de bleu, d’un pays a l’autre le costume ne change pas. Dépité je me rends, quel autre choix j’ai ? Elle m’a vu, je ne peux que dire que oui, c’est moi. Je suis emmené en cellule française avant d’être rapatrié chez moi, a Londres.
A Londres, les policiers sont moins gentils ! Je n’ai plus d’eau chaude, plus de bonne nourriture. Mais là, j’ai la reconnaissance ! Mon codétenus me félicite, me demande de lui raconter quelques meurtres. Se que je fais volontiers ! Je suis fière de moi, je suis fière de mon travail. Je suis content, pour la première fois depuis longtemps.
Mais tout devient moins drôle quand j’apprends que je suis sur la liste pour être exécuté dans le mois.

The Patron Saint Of Liars And Fakes

Il était 15h quand un policier vint m’ouvrir ma cellule pour m’emmener savourer la douceur de l’automne. Je crois que c’est ma saison favorite. Une saison qui annonce la mort et à la fois le renouveau vers quelques chose de meilleurs. Bref’ ! Une fois dehors il me retira mes chaines et m’annonça que j’étais libre, que je n’était plus sur la fameuse liste des prochain a être assassiné par l’état. Il me sourit et me tend une lettre avant de me laisser a ma nouvelle liberté.
La lettre avait une bonne odeur de roses. De nombre de roses ! Je l’ouvris avec beaucoup de précaution, un peu a l’image de ma mère.
La lettre avait un air formel, une invitation. A quoi ? Et bien a rejoindre « quelqu’un qui comprend mes motivations » et quelqu’un qui ne me juge pas.  L’invitation était froide, d’une beauté sans pareil, et d’une glaceur a tout épreuve. Je pouvais de là imaginer que l’homme ayant écrit cela avait un souffle froid, un regard vide et une âme de sauveur. Je souriais de savoir que je n’étais pas seul, que quelqu’un voulait de moi. Qu’au final je n’étais pas un criminel juste « un homme bien a qui il arrive de mauvaises choses ».
La seule chose qu’il me demandait était d’obéir a se qu’il me demanderait de faire. En échange de quoi, j’avais sa protection, mais surtout sa compassion. Et c’est exactement de ça dont j’avais besoin, de compassion.  Avec la lettre, je reçus un petit cadeau. « Quelque chose qui m’aiderais » y avait-il écrit. Une petit plante avec une fleure violette. Je savais bien se que c’était, et je me laissai tout de même tenter. Je voulais me laisser emporter par cette vague, je voulais voir, ressentir, sentir, sourire, et rire. Je voulais être.
Ainsi donc, tout en avalant ce narcotique naturel, je me promis d’obéir a ce fameux « Jack ».


code:Jack (c) SweetieBay
modifications (c) Néah.

Revenir en haut Aller en bas
Akane Kurashiki
BANGARANG !
I don't think I should get back.
avatar

Messages : 9
Points : 8
Date d'inscription : 14/04/2013


MessageSujet: Re: Don't You Know Who I Think I Am? - Hadden Digoxine   Lun 23 Déc - 20:27

Kon'nichiwa Hadden-san ! =D

Désolée pour le délai, je te valide : D (j'adore ton histoire et comment tu la contes XD "Une fois par exemple, je suis allé à mon cours de math SANS MA CALCULATRICE ! …" => J'ai explosé)

Juste une chose, attention à ton orthographe, sinon tout est nickel ! =)

_________________

Fear, trust, empathy ...

I woke up, I was stuck in a dream. You were there, you were tearing up everything and we all know how to fake it baby, and we all know what we've done. We must be killers, children of the wild ones. Killers, where we got left to run ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Don't You Know Who I Think I Am? - Hadden Digoxine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Step One :: Présentation :: Présentations acceptées-
Sauter vers: